SEAWave

Projet en cours
Projets Européens

L’utilisation exponentielle d’appareils de communication sans fil s’accompagne, partout en Europe, d’une perception de risque liée au rayonnement électromagnétique, ceci en dépit des seuils de protection existants (recommandation 1999/519/CE et directive 2013/35/UE). Avec le déploiement de la 5G, ces préoccupations ont été renforcées.

Le programme Horizon Europe va contribuer à répondre aux questions et inquiétudes en étudiant les impacts possibles sur des populations particulières telle que les enfants ou les travailleurs. Il va intensifier les études liées à l’utilisation des fréquences millimétriques et investiguer les méthodes d’analyse de conformité dans ces gammes de fréquence. Ce qui va permettre d’étudier l’évolution de l’exposition aux champs électromagnétiques ainsi que la contribution des niveaux d’exposition induits par la 5G et les nouvelles antennes à faisceau variables. Le programme va également investiguer les outils pour mieux évaluer les risques, communiquer et répondre aux préoccupations.

SEAWave est l’un des quatre programmés sélectionnés dont Télécom Paris est partenaire.

Partenaires du projet

Trois catégories de partenaires :

  1. Liés à l’ingénierie : Télécom Paris, Aristotle University of Thessaloniki,  Italian National Agency for New Technologies, Energy and Sustainable Economic Development, Schmid & Partner Engineering AG, Institute of Non-Ionizing Radiation, Greek Atomic Energy Commission, French Alternative Energies and Atomic Energy Commission, Interuniversity MicroElectronic Center, Foundation for Research on Information Technologies in Society
  2. Liés aux aspect biomédicaux : International University of Applied Sciences, Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, Fraunhofer Institute for Toxicology and Experimental Medicine
  3. Dédiés à la gestion du risque : International Agency for Research on Cancer, Federal Office for Radiation Protection, ANFR

Durée du projet

3 ans à partir de Juin 2022

Participants projet

Nous collaborations vont majoritairement être avec les partenaires tels que Aristotle University of Thessaloniki, CEA, ITIS foundation et IMEC mais aussi avec l’IARC et l’ANFR.

  • Objectifs du projet

    A l’heure actuelle de nombreux travaux ont été menés pour évaluer la conformité des équipements radiofréquence aux seuils de protection tel que ceux de l’ICNIRP. Ces travaux sont majoritairement basés sur des méthodes ou de modèles conservatifs. SEAWave va contribuer à ces approches pour l’exposition aux ondes millimétriques (études in vivo et in vitro). Ces approches, par construction, considèrent les pires cas et surestiment l’exposition. Dans le même temps, pour une meilleure maitrise des impacts possibles comme dans le cas des études épidémiologiques et sans sous-estimer les approches conservatives, il est nécessaire d’évaluer l’exposition réelle.

    Les travaux menés dans le cadre de SEAWave s’attacheront à établir des schémas d’usage potentiellement nouveaux ainsi qu’à estimer les niveaux d’exposition associés et à les comparer avec les schémas existants. Les actions porteront sur la surveillance, à l’aide de technologie innovante, non seulement de la population générale, mais aussi de groupes spécifiques à risque, tels que les enfants et les travailleurs.

  • Axes de recherche

    Le projet comprend 11 Work Packages (WP) :

    • 4 sont dédiés aux ondes millimétriques et aux études biomédicales
    • 4 autres sont dédiés au suivi des niveaux d’exposition induite par la 5G
    • 3 sont dédiés au pilotage du projet et aux outils pour évaluer le risque et communiquer

    Les chercheurs de Télécom Paris vont pour l’essentiel participer aux 4 WP dédiés au monitoring des niveaux d’exposition induite par la 5G. Ils s’appuieront sur des campagnes de mesures en Europe, sur des réseaux de capteurs connectés, ainsi que sur des outils venant de réseaux de neurones artificiels, et plus généralement des méthodes issues de l’intelligence artificielle.

  • Résultats

    Les résultats attendus sont d’abord des outils pour mieux maitriser le risque et mieux évaluer les niveaux d’expositions induit par les réseaux de communication sans fil actuels et futurs. L’ensemble des mesures qui auront été réalisées donneront une bonne caractérisation des expositions pour des populations particulières (enfants, travailleurs) et poseront les bases d’une cartographie européenne des expositions radiofréquences.